Samedi 22 Juillet

gratuit

10h30 Déambulatoire en ville : JAZZ A4 REVIVAL 

16h30 Podium Jardin de la Mairie : ELECTRO J LINK

17h30 Podium Repas:  SANGUINET JAZZ BAND

19h00 Podium Repas: DJANGOPHIL

 

 

 

JAZZ A4 REVIVAL

Jazz New Orléans

Déambulatoire en ville – 10h30 à 12h30

 

« Un Quartet de Luxe au Format Standard »

Les Echos de l’âge d’Or en Louisiane et les French mélodies sur le Mississippi à bord du Natchez de St Louis à la Nouvelle Orléans

 

 

 

ELECTRO J LINK

Jazz Fusion

Podium Jardin de la mairie – 16h30

 

Un talentueux Duo au piano cette année : Fabien Poly, saxophone Eric Diard, adapté à toute sorte de contexte Electro-latino jazz. Ce Duo à sut évoluer en Trio ou Quintet, la participation de différents pianistes à chaque représentation est une richesse d’où un répertoire évolutif ainsi qu’une interprétation différente sous l’égide du leader Eric Diard, au saxophone ténor et arrangements avec beaucoup de saveurs c’est un jazz fusion teinté de funk et d’Electro qu’il nous propose avec virtuosité.

 

 

SANGUINET JAZZ BAND

Jazz

Village Jazz – Podium Repas – 17h30

 

Le Sanguinet Jazz Band est une formation semi-professionnelle de 20 musiciens  avec une chanteuse. Son répertoire comprend de grands standards du jazz mais ils sont surtout spécialisés dans le swing et le Be-Bop. Dirigés par Michaël DUBOIS, médaille d’or du Conservatoire de Bordeaux. Ses compétences techniques et pédagogiques ont permit à cette formation d’évoluer énormément depuis sa création, au point d’être actuellement classé parmi les meilleurs Big Bands d’Aquitaine.

 

 

 

 

 

DJANGOPHIL

Jazz « Manouche »

Village Jazz – Podium Repas – 19h00

 

Cela fait 16 ans et un nombre incalculable de concerts que le groupe originaire de Bergerac fait vivre une musique rythmée et empreinte de virtuosité façon Django Reinhardt, Wes Montgomery, Pat Martino ou encore Georges Benson. Au fil des années, le quintet est parvenu à proposer un répertoire mélant compositions et standards d’inspirations de la musique latine, mainstream, pop, be bop, romantique en gardant le prisme et la sensibilité du « jazz manouche ». Le dernier album « Baldwin Street » mélange compositions originales ancrées dans la modernité et standards interprétés avec authenticité. Un enchaînement de morceaux harmonieux, tantôt apaisants, toniques, toujours équilibrés.

 

 

 

 

 

Payant :

 

 

 

                                                        Ticket

21hECHOES OF SPRINGS

 

22h: LISA SIMONE

 

 

 

 

ECHOES OF SPRINGS

Jazz –  Swing

Village Jazz – Chapiteau – 21h

 

On peut dire que ces deux-là se sont bien trouvés. Après avoir croisé la croche swinguée dans plein de situations régalantes, ils décident de jouer en duo. Leurs deux langages se complètent à merveille. Ils parlent le jazz qui swingue (euphémisme). L’un cisèle, l’autre soutient, mais parfois, grand bonheur, les rôles s’inversent. Fermons les yeux, à peine croyable, on les croirait plus nombreux. Musique foisonnante, contrepoint, questions-réponses, joutes, commentaires, échanges bouillonnants dans une écoute mutuelle bien sûr. Du coup, ils enregistrent un cd  :« ECHOES OF SPRING ». Plusieurs bonnes chroniques dans la presse et un passage à Open Jazz de France Musique en septembre 2014 confortent nos deux compères dans leur choix. De plus, ils sont les seuls au monde (mais oui !) à avoir enregistré « Echoes of Spring » en duo piano /clarinette.
Quelques festivals et concerts plus tard, JAZZ POURPRE BERGERAC, MARCKOLSWING, SANCY SNOW JAZZ, JAZZ AND BLUES LEOGNAN, THEATRE DE L’USINE SAINT CERE, ils enregistrent fin 2016 le cd « ALLIGATOR CRAWL » très bien accueilli par la critique et les amateurs. Ils retrouvent SANGUINET avec plaisir pour son édition 2017.

Keep swinging !!

 

 

LISA SIMONE

Village Jazz – Chapiteau – 22h

 

C’est l’histoire d’une reconnaissance obtenue sur le tard et sur scène avant tout. Une histoire d’amour comme on en voit rarement entre une artiste et son public: des concerts qui s’enchaînent, le bouche-à-oreille qui vaut pour principale promotion. Une histoire « à l’ancienne ».

« So connected with what’s real »

Une alchimie musicale :

My World est l’aboutissement d’un équilibre très efficace que Lisa Simone, Hervé Samb et leurs musiciens ont su faire exister sur scène sans discontinuer deux années durant.
My World est le fruit de cette collaboration totale entre Lisa Simone et Hervé Samb, et a été enregistré dans deux lieux différents : dans les contreforts des Cévennes au Studio Recall (qui a accueilli dans le passé Alain Bashung, Noir Désir, Césaria Evora…) et en région parisienne au studio Yellow Sub (Zazie, Garou…).

De nouveaux instruments sont venus étoffer le groupe originel. Une section de cuivres et des percussions pour soutenir les titres les plus groovy (Unconditionnaly, Hold on,Tragic Beauty), et un quatuor de cordes pour apporter un supplément d’âme sur My World, Expectations, This Place. Mais cet album est né sous le signe du vocal avant tout : la voix de Lisa Simone est accompagnée par celle de Lisa Spada dans les choeurs, ainsi que par celles des musiciens qui apportent un contrepoint saisissant notamment sur le titre éponyme My World. L’intérêt majeur de cette production repose en   effet sur le placement vocal, une forme d’expression humaine primitive, comme pour faire résonner pleinement le message de paix intérieure si cher à Lisa Simone.

Son monde intérieur, des chansons, rien que des chansons :

 Avec My World, Lisa Simone ouvre les portes de l’intime en grand. Au gré des chansons, on découvre l’importance de sa famille : un fils lointain dans Ode to Joe ; sa fille RéAnna à laquelle s’adresse la chanson Unconditionnaly et qui interprète avec sa mère un titre clé du disque – I Pray ; sa mère Nina bien sûr, qui lui a dédié le magnifique If You Knew dans lequel elle exprime tout son amour pour sa fille et son besoin d’être auprès d’elle. Nina Simone est également présente dans Tragique Beauty que Lisa a écrit au moment même de la mort de sa mère, et dans
This Place qui fait référence à la maison où Lisa a choisi de poser ses valises, à Carry-le-Rouet, et qui a été la dernière demeure de Nina (elle y est décédée il y a douze ans).

A 53 ans, Lisa Simone chante pour nous parler du bonheur de trouver enfin sa place dans ce monde, de vivre tout simplement. Au fil des expériences et des rencontres, elle a su transcender les souffrances passées et souhaite aujourd’hui partager avec le public une joie profonde, une sérénité nouvelle. Voici ce qu’il restera de ces chansons simples, faussement naïves et
somptueuses.